vendredi 9 septembre 2016

Máaniamu

Après son passage au café de la gare de Bois-le-roi (voir le dernier post à ce sujet), Proust a traversé la Russie à pied ; il s’est nourri principalement de lichens et a affronté des ours. Il a franchi le détroit de Béring sur une pirogue de sa fabrication et a bivouaqué dans une carcasse de phoque. En Alaska, l’esprit aiguisé par le jeûne et l’effort physique, il a appris le langage des animaux. Une tempête de neige l’a obligé à se réfugier dans une grotte où un grizzli lui a offert un reste de cervidé et son flanc duveteux comme couche. Il n’attendait pas grand-chose des Etats-Unis, mais a reconnu plus tard que le grand-canyon lui avait « foutu les poils ». En Amérique centrale, le climat et l’abondance de fruits tropicaux ont adouci son humeur et il s’est autorisé la visite de quelques temples Mayas. En Colombie, il a travaillé dans un laboratoire clandestin pour gagner de quoi s’acheter des jumelles et commencer à faire de l’ornithologie. Il a passé la frontière équatorienne en radeau et, après un dernier bivouac sur une île sableuse du rio Pastaza, il est arrivé un matin dans la communauté Achuar de Napurak, but de son voyage.




Proust chez les jivaros achuar de napurak

Proust volontariat chez les Jivaros achuar de napurak


tourisme à Napurak


Proust organise la résistance armée de jivaros contre les compagnies pétrolières










jeudi 25 août 2016

Tourisme à Napurak 2

Aussi convaincu qu’on ait pu être par les qualités d’un endroit, le moment de la validation par des inconnus rend incertain. Et si Napurak ne plaisait qu’à moi ? La veille du départ chez les Achuar avec quatre touristes je ne faisais pas le fier, et je n’aurais pas été exagérément surpris qu’ils repartent dès le lendemain en m’assurant que l’exploitation pétrolière a parfois du bon (voir mon post sur le projet de tourisme à Napurak). Mais ils ont été émerveillés au-delà de ce que j’espérais.

Il faut dire que les Achuar ont été plus attentionnés que des nourrices italiennes. Ils se battaient presque pour satisfaire nos désirs, même les plus futiles, et tous les plats qu’ils nous ont servis étaient assaisonnés de coriandre ou de basilic, même les brochettes de puntish.

brochette de larves puntish Achuar


Ils avaient par ailleurs réalisé quelques travaux, notamment construit des toilettes. Pas à l’endroit que je leur avais suggéré mais, comme ils avaient cru comprendre que les touristes appréciaient la vue sur le fleuve, au sommet de la plus jolie falaise de la communauté. Devant, ils avaient abattu les arbres sur près d’une centaine de mètres, pour que la vue soit vraiment imprenable.

toilettes communauté achuar de Napurak


Ils avaient également construit des marches en bois pour descendre au ruisseau – ce qui évite les glissades dans la boue en revenant de la toilette - ainsi qu’une plateforme sous la cascade, qu’eux-mêmes se sont surpris à utiliser avec plaisir.

cascade Achuar


L’activité pêche au poison végétal et à la machette avec toute la communauté a été très appréciée, même s’il a été compliqué d’expliquer aux enfants qu’il fallait laisser les touristes attraper quelques poissons.

pêche à la nivrée, torche tigre, silure, Achuar
La photo de gauche est de Pierre Ferron.


Une fois trois des quatre visiteurs partis (la quatrième, une personne venue de France tout exprès pour connaître Napurak, est restée deux semaines), les Achuar ont repris leurs activités. Parfois, quand la chaleur était forte, nous nous faufilions entre les pieds de manioc rejoindre une femme et ses filles dans leur jardin pour y chercher un peu de fraîcheur. Une fraîcheur bien psychologique, car l’ombre y est clairsemée, mais le vert des feuilles de manioc traversées de soleil est si tendre, le gris bleuté de l’entrelacs cannelé de leurs branchages si aquatique, qu’on aurait presque envie d’enfiler une petite laine en y pénétrant. Le mouvement liquide des ombres jouant sur les visages, la densité de l’air, le chant de l’oropendola dont les notes ruissellent comme celles d’un carillon en bambou, donnent l’impression d’être en présence d’un groupe de petites tsunki – les naïades achuar – immergés sous une cascade claire, pris dans la danse des bulles d’air et des alevins. Parfois, elles nous ont parlé (presque) spontanément des anent qu’elles connaissaient – mais elles avaient toujours un peu trop mal à la gorge pour en chanter un – et de leur relation avec le boa Wapau, avatar de Nunkui – mais quand on demandait à le voir, il avait toujours quitté le jardin la veille.

Notre activité dans les jardins consistait principalement à désherber à la machette et à brûler les mauvaises herbes ; les Achuar apprécient en effet l’image d’une terre à nu entre les plantes cultivées. Ce souci est purement esthétique, les jardins achuar n’étant pas plus productifs que ceux des ethnies avoisinantes qui laissent les plantes adventices les envahir. Peut-être ce goût découle-t-il aussi de leur cosmogonie : il s’agit de remplacer entièrement l’œuvre de Shakaïm, l’esprit qui cultive la forêt comme son jardin, par celle de Nunkui, déesse tutélaire des plantes cultivées. L’espace masculin de la forêt devient ainsi un jardin purement féminin. Cette explication a toutefois ses limites car, depuis que leur habitat est regroupé, les Achuar ont transféré ce goût pour la terre à nu vers d’autres zones de la communauté, qu’ils passent un temps fou à « nettoyer », les hommes comme les femmes. Je leur ai expliqué de nombreuses fois que les touristes trouvent plus d’agrément dans une végétation tropicale luxuriante que dans une terre pelée brûlée par le soleil, mais ils n’ont pas pu croire à une telle énormité. Parfois, lorsqu’ils s’apprêtaient à nettoyer une parcelle de terrain, je leur désignais quelques fleurs aux couleurs éclatantes et visitées par les colibris en leur assurant qu’aux yeux d’un touriste, elles étaient vraiment belles. Dubitatifs, ils acceptaient tout de même de les épargner, mais lorsqu’elles se retrouvaient seules, sans leur écrin végétal, elles perdaient beaucoup de leur charme.

Nous avons consacré une matinée à aménager le « jardins des gringos », autour de notre cabane. Chacun est venu avec des graines et quelques plantounes à transplanter – papayer, bananier, caïmitier, canne à sucre, tabac, datura, fruits et fleurs aux noms musicaux de yurangmis, maïkiua, cucuch.

jardin achuar


Une fois les plantations et les boutures terminées, tous les membres de la communauté ont pris un long moment pour nettoyer la terre. Cette nuit-là, une petite mygale est venue creuser son terrier le long de l’un des piliers de la cabane ; nous lui avons par la suite donné chaque soir un grillon, pour que l’endroit lui plaise et qu’elle décide d’y rester. Un singe nocturne dort dans l’un des arbres qui ombrage le jardin. À lui nous avons proposé des bananes, mais qui ont pour l’instant été snobées.

Je n’y retourne qu’en juin prochain, mais n’hésitez pas à y aller sans moi d’ici là pour entretenir le jardin. L’un des visiteurs de cette année – Pierre Ferron – est guide professionnel et vit en Equateur. Vous pouvez le contacter pour qu’il vous accompagne.

J’ai par ailleurs commencé à discuter avec les membres des communautés voisines pour voir comment les impliquer dans ce projet de tourisme, des fois qu’il fonctionne. La communauté de Shuinmamu dispose par exemple de trois lagunes peuplées de caïmans et d’hoatzins, que nous pourrions visiter en pirogue à rame moyennant un droit d’entrée. Tout ça n’empêchera pas les pétroliers d’entrer, mais bon, il faut bien se donner l’illusion de faire quelque chose. 

Quelques autres photos :

Pedro/Uwiti a attrapé un tinamou.

tinamou


Wisum s’apprête à l’achever, mais Pedro s’inquiète soudain du regard des touristes.



Wisum n’a pas ce genre de préoccupations.



Épilogue.



Pedro/Uwiti lors d’une séance de pêche.

pêche à la nivrée, Achuar


Levé de soleil sur Napurak.



Petit déjeuner chez Yuri.






Vous pouvez voir les photos et vidéos de Pierre Ferron sur son site ou sur sa page facebook.